Retour sur le 32ème colloque de la Société Francophone De Primatologie

Juliette Aychet et Loïc Pougnault, étudiants au doctorat à EthoS, nous proposent un retour sur le dernier colloque de la Société Francophone De Primatologie.

congrès SFDP 2019

Dans le cadre de notre doctorat au sein du laboratoire d’éthologie animale et humaine de l’Université de Rennes 1 (EthoS – UMR 6552), nous avons eu l’opportunité de participer au 32ème colloque de la Société Francophone De Primatologie (SFDP), organisé du 3 au 5 Octobre au Parc Zoologique et Botanique de Branféré (56).
 

Affiche colloque SFDP

Cette société savante fédère et rassemble les scientifiques de tous bords qui œuvre auprès des primates non-humains, aussi bien dans leurs habitats naturels qu’en captivité. Chaque automne, la SFDP organise une rencontre regroupant les acteurs francophones de la primatologie afin que chacun puisse présenter l’avancée des recherches et actions qu’il mène dans son domaine d’expertise.

Dans ce contexte, nous avons tous deux présenté nos résultats de recherche, dans le domaine de la communication chez les primates non-humains. Ainsi, Juliette a présenté son étude sur l’intentionnalité des gestes communicatifs chez des singes africains, les mangabés à collier (Cercocebus torquatus). Loïc, quant à lui, a abordé ses travaux sur l’existence de règles d’interactions vocales chez les gorilles des plaines de l’Ouest (Gorilla gorilla gorilla).

En plus d’être un lieu d’échange scientifique, le colloque de la SFDP est l’occasion d’aborder collectivement des problématiques d’intérêt sociétal en lien avec la primatologie. Cette année, le sujet était le suivant : « Quels publics pour la primatologie ? ». Cette réflexion voit le jour dans un contexte où la perte de la biodiversité globale est alarmante. C’est la raison qui a amené les membres de la SFDP à s’interroger quant à la manière de communiquer sur les récentes découvertes scientifiques afin d’informer et de sensibiliser le grand public. C’est dans cette optique que l’association diffuse un grand nombre d’informations au travers des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, YouTube) et via leur site internet.

Nous tenons à remercier très chaleureusement l’ensemble des participants, les échanges constructifs que nous avons pu avoir avec eux et leur bienveillance. Nos remerciements s’adressent aussi tout particulièrement au comité d’organisation de ce 32ème colloque de la Société Francophone de Primatologie ainsi qu’au Parc de Branféré pour leur accueil et leur hospitalité.

Juliette Aychet & Loïc Pougnault